Du bon usage de la peur

Il y a deux types de peurs : la peur qui paralyse et la peur qui réveille. L’analyse du théologien Antoine Nouis est vraiment éclairante sur cette question…

Dans la Bible la peur est ambivalente. D’un côté, le livre des Psaumes dit que la crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse (Psaume 111:9-10 – voir ci-dessous), d’un autre côté, dans les évangiles, la parole la plus souvent répétée par Jésus est : « N’ayez pas peur ! »

Un texte articule ces deux compréhensions, c’est celui de la tempête apaisée. Les disciples sont dans la tempête pendant que Jésus dort dans le bateau. Ils le réveillent et Jésus calme les vagues et le vent. Le texte se conclut par les versets suivants : « Jésus leur dit : Pourquoi avez-vous si peur ? Vous n’avez pas encore de foi ? Ils furent saisis d’une grande crainte, et ils se disaient entre eux : Qui donc est-il, pour que même le vent et la mer lui obéissent? » (voir ci-dessous) Dans ce récit, les disciples sont passés de la mauvaise peur de la tempête qui est le contraire de la foi, à la bonne crainte de Dieu qui est le fruit de la foi.

Il y a donc une mauvaise et une bonne peur. Une peur qui paralyse et une peur qui réveille.

La peur qui paralyse est celle qui nous recroqueville sur notre personne. C’est la peur dont parle Jésus dans le sermon sur la montagne quand il dit à ses disciples : « Ne vous inquiétez donc pas en disant : Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ou de quoi serons-nous vêtus ? Car cela, ce sont les païens qui le recherchent… Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice. » (voir ci-dessous) Face à cette peur, l’Évangile ne place pas la sécurité, mais la quête du Royaume de Dieu. Le contraire de cette peur est le courage, et le vrai courage consiste à regarder en face notre fragilité, à l’assumer et à l’aimer. C’est le courage de la confiance qui nous appelle à garder les mains ouvertes face à toutes les menaces et les maladies de notre monde.

La peur qui réveille n’est pas la peur des autres, mais la peur pour les autres, pour notre monde et nos enfants. Le philosophe Hans Jonas a parlé d’une heuristique de la peur, l’expression signifie ce qu’elle nous permet de découvrir. C’est la prise de conscience des menaces qui pèsent sur notre monde qui doit nous faire changer de comportement. Le philosophe pense que, quand bien même elle ne serait pas le plus noble des mobiles, seule la peur peut nous conduire à modifier notre mode de vie.

Ces deux compréhensions de la peur sont entrelacées dans ce qui nous arrive. Il nous appartient de ne pas nous laisser paralyser par la menace de l’épidémie, mais de combattre le mal. Et en même temps, il nous appartient aussi d’écouter ce qu’elle dit de notre monde et de considérer sérieusement les changements auxquels elle nous appelle dans notre vie commune.

1. Psaume 111, 9 et 10
« Je louerai l’Éternel de tout mon cœur, dans la réunion des hommes droits et dans l’assemblée. Les œuvres de l’Éternel sont grandes, recherchées par tous ceux qui les aiment. Son œuvre n’est que splendeur et magnificence et sa justice subsiste à jamais. Il a envoyé la délivrance à son peuple, Il a établi pour toujours son alliance. Son nom est saint et redoutable. La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse, tous ceux qui l’observent ont une raison saine. Sa gloire subsiste à jamais. »
2. Marc 4, 35 à 41
« A la tombée du jour, Jésus leur dit : Passons sur l’autre bord du lac. Après avoir renvoyé la foule, ils l’emmenèrent dans la barque où il se trouvait. Il y avait aussi d’autres barques avec lui. Il s’éleva un grand tourbillon et les flots se jetaient dans la barque, au point qu’elle se remplissait déjà. Lui, il dormait à la poupe sur le coussin. Ils le réveillèrent et lui dirent : Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ? S’étant réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa et il y eut un grand calme. Puis il leur dit : Pourquoi avez-vous ainsi peur ? Comment n’avez-vous point de foi ? Ils furent saisis d’une grande frayeur et ils se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ? »
3. Matthieu 6, 31 à 34
« Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? que boirons-nous ? de quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. »

Liondent hispide – Photo printanière de notre ami Marc Laurent que nous remercions !
Cet article a été publié dans Méditations, Message journalier, théologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.